Loading color scheme

Be.Planet

Hits: 119

L'initiative Be.Planet 

A l'EMCC Belgium, nous sommes convaincus qu’il nous faut, tous, intégrer les préoccupations environnementales et sociales dans nos interactions et que, comme coachs, nous avons un rôle sociétal à jouer. C’est aussi la noblesse de notre métier.

La pauvreté des résultats de la COP25, et l'objectif Zéro Carbone 2050 de l’Union Européenne nous ont motivés à susciter la réflexion et l’action parmi nous. Une première initiative a eu lieu le 26 octobre 2019, et d’autres sont planifiées tout au long de 2020.

Be.Planet@emccouncil.org, une adresse "désirable"

Cette adresse mail pouvant envoyer des mailings groupés, elle risque d’être mise en « indésirable » par votre filtre antispam. Pour éviter cela, prenez le temps de la valider comme « désirable » dans les paramètres de votre appli de mail.

Qui anime Be.Planet ?

Françoise Bacq, 61 ans. www.emccbelgium.org/fr/trouver-un-coach/recherche/view-submission/85. J’ai travaillé plus de 25 ans dans le « big business », comme avocat, management consultant et executive coach. Expérience intellectuellement vivifiante, humainement et spirituellement asséchante.

Ma recherche inlassable de « l’inaccessible étoile » m’a fait devenir sur le tard psychologue, psychothérapeute, analyste d’orientation jungienne, somatothérapeute. Puis, ces dernières années, j’ai vécu une succession de deuils essentiels qui m’ont entraînée dans une « quête de vision » dans la nature sauvage, au Pérou, au Portugal, en Écosse et en Espagne. Expériences qui, entre autres ouvertures, m’ont fait à la fois devenir sculpteur sur pierre, et littéralement « tomber en amour » avec la nature, m’engager envers elle.

J’ai ressenti combien, sans s’aimer soi, on ne peut véritablement aimer la planète ni en prendre soin.

Et, plus encore, que les solutions d’efficacité n’y suffiront pas si nous nous y engageons seulement avec notre cerveau gauche, notre rationalité férue d’efficacité. Il faut y aller avec son cœur, son instinct, ses sensations, ses audaces, sans savoir à tout moment où cela nous conduira. C’est ce que je veux faire avec vous et avec l’EMCC.

Vestige de mon premier métier, je me fais volontiers « l’avocat du diable ». Par nature, je suis volontiers « provoc », pour permettre à la diversité des points de vue de s’exprimer. Sur la crise sociétale, j’ai quelques opinions tranchées qui transparaîtront, nul doute. Mais « même si je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » comme ne le dit pas Voltaire.Cette citation apocryphe sera notre mantra.

L’intention de Be-Planet n’est de toute façon pas de débattre mais de penser et d’agir, en soutien solidaire, pour une Terre où nous puissions vivre en harmonie…

L’esprit de Be.Planet

La COP 25 s’est agitée en vain et a décidé de renvoyer toutes décisions à l’année prochaine. Quant au Conseil Européen, il s’est fendu [et même pas à l’unanimité] d’une feuille de route « neutralité carbone horizon ...2050 » qui se contente de faire référence aux objectifs de l'accord de Paris, eux-mêmes déjà dépassés par la réalité.

Cette procrastination reporte le poids du non-changement sur la génération suivante. Une procrastination qui s’apparente à de la « passivité » au sens de l’analyse transactionnelle. On sait que cela peut se terminer... dans la violence. Au CA, nous pensons qu’il appartient à l’ADN de l’EMCC de répondre à cette procrastination par de l’action et à cette passivité par de l’engagement.

À notre niveau et notre mesure, certes. Mais il ne suffira pas d’être « colibris » et de faire notre part, comme le propose la légende amérindienne. L’action individuelle nous maintiendrait dans notre culture individualiste, ce serait « toujours plus du même ».Sardines

Parce que le danger du repli sur soi est corrélé avec les déstabilisations planétaires, nous vous proposons d’être aussi « sardines », comme ce mouvement italien né en novembre 2019 contre le fascisme.

La référence aux sardines vient de l'expression « serrés comme des sardines dans une boite » (stretti come sardine) et fait référence à la nécessité de remplir le plus possible les places publiques, mais fait aussi allusion au caractère sans défense de ces petits poissons, qui se déplacent néanmoins en groupe. (Wikipédia).

Nous vous proposons de nous relier, de penser ensemble, avec nos différences et d’agir, si pas ensemble, en soutien solidaire les uns aux autres. Comme coachs, mais aussi comme citoyens, parents, collègues…

Quoique nous fassions, la spirale de la destructivité s’est déjà emballée. Il importe donc moins de choisir quelle action mettre en œuvre que de prendre une action. Si elle ne change rien au sort de la planète, en tout cas elle nous sortira de la peur, du déni, de la passivité et en fin de compte de la violence… du moins si l'action émane de notre pensée, notre cœur, notre âme et si elle est soutenue collectivement. Et c’est peut-être un des enjeux de cette crise planétaire.

Allons plus loin… Peut-être nous faut-il aussi aborder cette crise sur le plan interne, au niveau plus spirituel de notre rapport au monde, à la vie et au respect ? À défaut, il se pourrait que toutes nos solutions externes ne restent que « des emplâtres sur des jambes de bois »… 

La « passivité » dans l’actualité géopolitique

En Analyse Transactionnelle, la passivité c’est « comment m’y prendre pour ne pas résoudre un problème ? »

L’AT distingue 4 comportements passifs, allant crescendo:

- 1° L’abstention : on est littéralement passif et ne fait rien.
- 2° La suradaptation : on fait ce que l’on imagine être ce que l’autre attend de nous, sans réellement réfléchir.
- 3° L’agitation : on gaspille son énergie dans tous les sens, on s’éparpille en activités parasites.
- 4° La violence ou “l’incapacitation“ : on déborde dans des actes destructeurs contre soi-même ou contre l’autre (agression, suicide, meurtre).

Si l’AT est un cadre psychothérapeutique imaginé pour les relations interpersonnelles, elle est facilement transposable dans l’actualité gépolitique :

- 1° Le problème n’est même pas à l’ordre du jour ou encommissionné.
- 2° On vote des lois dans l’immédiateté pour répondre à l’anxiété de la population.
- 3° On crée des grand-messes et des comités, des COP inefficaces et des Conseils Européens où l’on parle beaucoup…
- 4° On sort les gaz lacrymogènes et les balles en caoutchouc, on ferme les frontières, l’intolérance à l’autre et les mouvements fascisants se multiplient.

Rencontrons-nous pour en parler, pour réfléchir ensemble, pour agir

L'initiative Be.Planet a démarré le 26 octobre 2019 par un bain de forêt et une après-midi de réflexion: Coach ou Mentor, levier sociétal
Film 2020 02 19

Elle se poursuit en 2020 avec:

Colloque FR 2020Par ailleurs, le colloque organisé par EMCC France les 20-21/03/2020 a pour thème: « De l'infiniment petit à l'infiniment grand : Vers une conscience planétaire partagée ». Soyons nombreux à y participer (les membres EMCC Belgium bénéficient du même tarif avantageux que les adhérents EMCC France). Plus d'info en cliquant ici

 

 Et ensuite ?

En fonction de nos échanges, la suite pourra prendre plusieurs formes :

  • Des invités inspirants et créatifs…
  • Des « coaching circles » (par groupes de 6-8) selon le cadre de la « Theory U » d’Otto SCHARMER (MIT), afin de passer progressivement de la pensée à la vision créatrice, et de faire émerger le futur par l’action.
  • Si nous sommes en nombre suffisant (8-12 personnes), nous pourrons également envisager en 2021 une « quête de vision » en nature sauvage, au Portugal, en Italie, en Écosse, ou en Espagne (Asturies).

« Poétiquement toujours, sur terre habite l’homme » (Hölderlin)